Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Dialogue social > Négociation > Emploi des jeunes et action des partenaires sociaux : bilan

Emploi des jeunes et action des partenaires sociaux : bilan

mercredi 5 mars 2014

Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012, évaluation de l’ANI jeunes du 7 avril 2011

Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012

  1. En France, 53,7 % des 12 millions de jeunes âgés de 15 à 29 ans sont actifs en 2012 : 44,0 % occupent un emploi (-0,8 point / 2011) et 9,7 % sont au chômage (+0,8 point). 15 % des 15-29 ans sont sans emploi, ne suivent pas de formation initiale ou continue et ne sont pas inscrits à Pôle emploi (+0,5 point).
  1. Le taux de chômage des jeunes actifs de 15 à 29 ans est de 18 % en moyenne en 2012 (+1,5 point), mais de 24,5 % pour les 15-24 ans actifs.
  1. Devant ces difficultés particulièrement fortes des jeunes à s’insérer dans l’emploi, les partenaires sociaux ont signé en 2011 quatre accords sur les jeunes : accès à l’emploi, au logement, alternance et stages, maintien dans l’emploi.

Évaluation de l’ANI jeunes du 7 avril 2011

  1. À l’été 2013, les partenaires sociaux du Comité de pilotage national paritaire sur l’emploi des jeunes du FPSPP (fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels) ont confié au cabinet Geste l’évaluation de la mise en œuvre et des effets des articles 1 et 3 de l’accord national interprofessionnel (ANI) du 7 avril 2011.
  1. Cet accord, signé par le Medef, la CGPME et l’UPA d’une part, et par 4 syndicats de salariés sauf la CGT, s’engage sur l’accompagnement des jeunes demandeurs d’emploi dans leur accès à l’emploi. L’article 1 s’occupe des jeunes décrocheurs, le troisième des jeunes diplômés ou qualifiés qui peinent à trouver un emploi durable (CDI ou CDD de plus de 6 mois).
  1. Il a été prorogé une première en fois fin 2012, puis fin 2013. À ce jour, ce sont près de 90 millions d’euros, issus du fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels, qui lui ont été affectés. Il a concerné un grand nombre de jeunes puisque fin 2012, il en avait déjà touché 60 000, pris en charge soit par les Missions locales pour les décrocheurs, par Pôle emploi pour les jeunes qualifiés ou par l’APEC pour les diplômés de l’enseignement supérieur.

L’évaluation montre des résultats positifs. Dans l’année 2012 :

- les fonds affectés ont permis véritablement un accompagnement renforcé.

- à Pôle emploi, sur 28 500 jeunes accueillis jusqu’au 31 décembre 2012, le taux de sortie en emploi est de 65 % dont 43,5 % en emploi durable, soit 18 % de plus que sans cet accompagnement. L’accompagnement renforcé aboutit à une diminution d’inégalités dans l’accès à l’emploi des jeunes car le paramètre diplôme a joué moins qu’habituellement.

- dans les missions locales, sur 31 500 jeunes, le taux de sortie en emploi est de 38 % dont 28,7 % d’emploi durable. Il est plus élevé que pour l’ensemble de leurs publics alors que leur niveau d’études est inférieur. La forte fréquence des entretiens avec un conseiller joue beaucoup.

- les « profils des publics accompagnés répondent aux objectifs du cahier des charges, avec une focale sur les très jeunes décrocheurs dans les missions locales ».

En conclusion, le rapport confirme que les moyens affectés par les partenaires sociaux à l’ANI Jeunes dans son volet accompagnement renforcé ont facilité l’insertion dans l’emploi durable (et dans les autres formes d’emploi ou de formation qualifiante) des jeunes qui en ont bénéficié. Le ciblage de ces publics a également contribué à réduire certaines des inégalités d’accès à l’emploi des jeunes, en particulier liées au diplôme.


Le texte de l’ANI du 7 avril 2011 :
http://bit.ly/1kyorAT

L’évaluation de l’ANI, rapport de GESTE :
http://bit.ly/1cuyDrv

Emploi et chômage des jeunes :
http://bit.ly/1c9x4yR


 

 

Mots clés associés à l'article