Les clés du social Un regard sur le social

Accueil > Environnement économique > Emploi > Emploi et chômage des personnes âgées de 55 à 64 ans

Emploi et chômage des personnes âgées de 55 à 64 ans

samedi 8 juin 2019

Le taux d’activité des 55-64 ans continue d’augmenter. Il est de 56 % en 2018. Cette hausse de 0,9 point s’est traduite à la fois par une augmentation de leur taux d’emploi et de leur taux de chômage. Le taux d’emploi a augmenté de 0,5 point au cours de l’année 2018, mais il est toujours inférieur à celui de l’Union européenne. Dans l’emploi, les séniors sont plus souvent à temps partiel. Leur taux de chômage est inférieur au taux de chômage des actifs, sauf pour la part des chômeurs de longue durée qui est supérieure chez les séniors (60,2 % en 2018, malgré une diminution de 5,5 points entre 2017 et 2018).

Pour la 5ème année consécutive, le taux d’activité des 55-64 ans dépasse son plus haut niveau atteint à la fin des années 1970 où l’âge légal de retraite était encore de 65 ans. La forte hausse de l’activité des seniors depuis début 2008 porte celle de l’ensemble des 15-64 ans En 2018, le taux d’activité des 55-64 ans est de 53,9 % pour les femmes et de 58,3 % pour les hommes. La hausse du taux d’activité au cours de l’année 2018 a été plus rapide pour les femmes (+1,1 point contre +0,6 point pour les hommes).

  • Le taux d’activité des 55-59 ans baisse légèrement au cours de l’année 2018. De fin 2012 à fin 2017, le taux d’activité de cette tranche d’âge a progressé, mais à un rythme nettement ralenti par rapport aux cinq années précédentes. La part des différentes mesures de cessation anticipée d’activité à financement public est maintenant limitée pour cette tranche d’âge.
  • La progression du taux d’activité des 60-61 ans tend toutefois à s’atténuer depuis fin 2012 (+2,1 points par an de fin 2012 à fin 2018, contre +7,0 points par an de mi-2011 à fin 2012), en lien avec l’élargissement des conditions de départ à la retraite anticipée pour carrière longue à 60 ans à la mi-2012, puis parce que l’âge légal d’ouverture des droits à la retraite a atteint 62 ans au 2ème trimestre 2017.
  • Le taux d’activité des 65-69 ans atteint 6,7 % en 2018. Il reste stable sur l’année, et il a augmenté de plus de 4 points depuis fin 2006, sous l’effet notamment de la libéralisation du cumul emploi-retraite et du relèvement de l’âge de la mise à la retraite d’office.
  • En 11 ans, les taux d’activité des seniors ont été « décalés » de 2 ans, voire 3 ans pour les personnes âgées de 57, 58 et 59 ans. Par exemple, en 2018, le taux d’activité des seniors de 58 ans (76 %) est proche de celui des personnes de 55 ans onze ans auparavant (74 %).

Le taux de chômage des seniors repart à la hausse en 2018 (+0,5 point). En moyenne, en 2018, le taux de chômage (proportion de chômeurs parmi les actifs) des personnes âgées de 55 ans ou plus atteint 6,5 %, et 3,8 % de l’ensemble des 55-64 ans sont au chômage.

  • Entre fin 2005 et fin 2018, le différentiel de taux de chômage entre les seniors et l’ensemble de la population active s’est nettement réduit, de -4,2 à -2,1 points en France métropolitaine. Au cours de l’année 2018, la hausse du taux de chômage des seniors a concerné les femmes (+1,3 point contre -0,2 point pour les hommes) et, depuis début 2008, la hausse du chômage est plus élevée pour les femmes que pour les hommes, alors que c’est l’inverse pour l’ensemble des actifs.
  • Le nombre de chômeurs a nettement plus augmenté depuis la crise pour les seniors que pour les plus jeunes (+179 % entre début 2008 et fin 2018 en France métropolitaine pour les 55 ans ou plus, contre +21 % pour les 15-54 ans). Cet écart est principalement dû aux évolutions très différentes de la démographie et des comportements d’activité de ces deux tranches d’âge.

En 2018, comme depuis 2003, la part des chômeurs de longue durée est nettement plus élevée pour les seniors : 60,2 % des 55 ans ou plus au chômage le sont depuis au moins 1 an, contre 41,8 % pour l’ensemble des chômeurs de 15 à 64 ans. Avec un taux de chômage plus faible et une part de chômeurs de longue durée plus élevée, le taux de chômage des seniors devient assez proche de celui de l’ensemble des actifs et baisse entre 2017 et 2018 dans les deux cas.

Les conditions d’emploi des seniors diffèrent sensiblement de celles de l’ensemble des actifs occupés.

  • Ils sont plus souvent à temps partiel : 25,5 % des 55 ans ou plus en emploi en 2018, contre 18,5 % pour l’ensemble des personnes en emploi en 2018, les hommes comme les femmes. Ils sont un peu moins souvent en situation de sous-emploi (5,3 %, contre 6,0 %), là aussi quel que soit le sexe. Entre 2015 et 2018, le taux de sous-emploi est quasi stable pour les seniors (+0,1 point), alors qu’il baisse de 0,8 point pour l’ensemble des actifs occupés.
  • La part des non-salariés est nettement plus forte parmi les 55 ans ou plus en emploi (19,3 % en 2018, contre 11,7 % pour l’ensemble de la population). La part des salariés de la fonction publique l’est aussi, mais de façon moins marquée (22,0 % contre 20,0 %).

Par ailleurs, les salariés âgés de 55 ans ou plus occupent deux fois moins souvent des emplois temporaires : seuls 7,3 % sont en contrat temporaire (y compris les CDD de la fonction publique ou intérim) en 2018, contre 15,3 % pour l’ensemble des salariés. La part des salariés en contrat temporaire baisse nettement pour les seniors entre 2017 et 2018 (-0,6 point contre -0,1 point pour l’ensemble des salariés), après une forte hausse entre 2009 et 2017 (+2,2 points pour les seniors contre +2,6 points pour l’ensemble des salariés).

La proportion de retraités qui travaillent entre 60 et 69 ans reste stable. En 2018, parmi les actifs occupés âgés d’au moins 55 ans, 496 000, soit 10 %, déclarent percevoir une retraite ou être préretraités. Le cumul emploi-retraite concerne 7 % des retraités de 60-64 ans et 12 % des personnes en emploi de cette tranche d’âge. Ces proportions atteignent respectivement 5 % et 62 % pour les 65-69 ans. De 2013 à 2018, la proportion de retraités qui travaillent entre 60 et 69 ans est restée stable, comprise chaque année entre 5 % et 6 % en France métropolitaine.

Entre 2000 et 2017, la hausse du taux d’activité des seniors en France est proche de la moyenne européenne. En 2017, le taux d’activité des 55-64 ans en
France est inférieur de 5,7 points à celui de l’Union européenne à 28 pays. Pour les 55-59 ans, il est de 2,1 points plus élevé en France, légèrement plus faible pour les hommes et supérieur de près de 5 points pour les femmes. Pour les 60-64 ans, il est inférieur de près de 14 points à celui de l’Union européenne, et l’écart est particulièrement fort pour les hommes (-21,4 points contre -6,4 points pour les femmes). La participation au marché du travail apparaît particulièrement faible pour les 65-69 ans. Leur taux d’emploi en France n’est que de 6,6 % en 2017, contre 12,7 % dans l’UE. Enfin, en 2017, le taux de chômage des 55-64 ans est en France légèrement supérieur à celui de l’UE (+0,7 point).

Le taux d’emploi et de chômage des séniors âgés de 55 à 64 ans ne dépend pas que du marché du travail mais de plusieurs facteurs, comme celui des politiques de management des entreprises pour leurs salariés âgés, des dispositifs d’accompagnement des politiques sociales des fins de carrière et de la prise en compte de la pénibilité et surtout des possibilités des différents âges de départ à la retraite.



Référence